Chronologie du monde des morts à Sion (Valay)

Tombe d'un jeune guerrier de l'âge du Bronze avec une hache placée sous la tête, deux poignards sous le corps et plusiseurs colliers autour du coup

Un article (cliquer sur Book Chaptor en bas de la page) de Marie Besse et Manuel Mottet extrait du livre, Le site du Petit-Chasseur : une exceptionnelle histoire de plusieurs millénaires et qui nous donne la chronologie de l’occupation du site ainsi que de magnifiques photos du site, du mobilier et des images de reconstitution de cabane. Si vous êtes un peu perdu dans les différentes phases d’occupation de ce site, en ce qui concerne la partie funéraire, voici de quoi vous restituer et par là même d’avoir une idée des trois grands modes d’inhumation qui se sont succédé au Petit-Chasseur (dolmen de type alpin, Campaniforme et stèles à arc, inhumations individuelles à l’Âge du Bronze puis du Fer)

L’intérêt non négligeable de cet article est de replacer le site de Sion dans son contexte géographique, un peu comme le fait cet article (n’oubliez pas : Book Chaptor en bas de page!) de manière moins détaillée, et de nous parler des échanges qu’ont pu entretenir les Néolithique avec d’autres sociétés comme le Cortaillod du plateau Suisse, la culture Lagozza d’Italie, le Chasséen du Sud de la France ou, plus tard, le site du Grand-Pressigny en Touraine (mobilier du dolmen M. VI). Ces échangent se retrouvent dans les matériaux de l’industrie lithique (à ce propos cet article-ci, cliquez sur Book Chaptor en bas de la page, vous commencez à avoir l’habitude.)

On constate alors que le site du Petit-Chasseur, bien que remarquable, surtout pour ce qui est de l’occupation à partir de 4 000 av. J.-C., n’était pas isolé et que les modes d’inhumation développés vers 3 000 av. J.-C., bien qu’original, s’inscrivait dans la « tradition » des allées sépulcrales (on a déjà évoqué ce parallèle dans ce post), tout comme les motifs pré-campaniforme sur les stèles (poignards, spirales) s’inscrivent dans une tradition qui est présente dans toutes les Alpes (sur ce sujet ce post là).

Un second article tiré de ce livre aurait du compléter ce post, malheureusement il est en accès restreint sur les archives ouvertes de l’UNIGE (ce qui du coup amène à revoir la notion « d’ouverte ») et aucun de nous ne fait ses études dans une université suisse. Cependant si c’est votre cas n’hésitez pas à consulter cet article, daté de 2009 et rédigé par Pierre-Olivier Corboud, qui peut s’avérer intéressant quand à l’interprétation des décors des stèles anthropomorphes de Sion (Valay).

S.